Accueil | Connexion
Paganel, antisémantique - 980920
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Contes   Tous ses textes


QUAND LE PERE NOËL DEPRIME



Chaque année le Père Noël accomplissait sa tournée avec plus de lassitude.

Ce n'était pas que l'âge prît sur lui de quelque façon que ce soit. Le froid polaire conserve, son métier le mettait par nature hors d'âge, et il ne travaillait d'ailleurs vraiment qu'une journée par an, avec 364 ou 365 jours de RTT. Peu nombreux sont ceux d'entre nous qui font moins, en tout cas dans le privé.

Non. Le vrai problème, c'était le changement imperceptible de sa mission, en charge de travail d'abord et en nature ensuite.

Il en venait à regretter l'époque bénie des années 1885-1960 où l'industrie fabriquait jusqu'à 6 tonnes de jouets en fer et en plomb par jour et où il se chargeait allègrement de livrer ces 2200 tonnes en colis séparément emballés à des enfants qui l'étaient tout autant en les découvrant au pied du sapin.

Au cours des années 14-18 et 39-45, qui avaient été un peu plus calmes pour son activité, le fer était réservé à la fabrication de jouets pour les plus grands, le plomb livré aux destinataires par des moyens plus rapides, et ces destinataires emballés eux-mêmes dans le sapin. Ces temps n'étaient plus en Europe. Les peuples – ou plutôt les firmes, puisqu'il n'y avait plus de peuples – se massacraient désormais par tiers monde interposé. A défaut d'être moins meurtrier cela ne perturbait, c'était toujours ça de pris, pas sa distribution annuelle en Europe hors Kosovo.

Les années 70 et 80 avaient vu la profusion des jouets en plastique, non recyclables à la différence de ceux en métal. Le Père Noël ne travaillait désormais plus à faire circuler ce fer qui était comme le sang de ce XIXème siècle indéfiniment prolongé, mais à remplir indirectement de produits immondes les décharges, et directement en devises les caisses des émirs du pétrole pour qui Noël ne signifiait d'ailleurs rien, bien que tous fussent coutumiers des sapins de Gstaad en haute saison.

Revenons à ses difficultés. La première tenait au nombre croissant des divorces : deux fois plus de couples séparés, c'étaient non seulement deux fois plus de cadeaux pour les enfants, mais aussi des paquets bien plus volumineux, chaque parent – culpabilisant à mort et non sans raison – ayant à coeur d'alléger sa conscience en alourdissant autant qu'il le pouvait le coffre à jouets de son enfant. Oh, ce n'était pas encore cela qui allait abattre notre Père Noël. Seulement voilà : il fallait voir quels jouets !

Les divorces, ce n'est pas fait pour bien se passer. Les avocats y veillent. Un divorce qui se passe bien signifie pour eux des vacances à Palavas-les-flots plutôt qu'aux Seychelles. Pas question ! Ils prennent donc de charger et de recharger les griefs afin que la procédure dure, dure, dure. Dur, dur...

En fin d'opération, deux tourtereaux ne cherchant au départ qu'à prendre un peu d'air pour trouver leurs marques se découvraient chacun à l'égard de l'autre des envies de meurtre aussi puissantes que refoulées dans le non-dit.

Ils sublimaient inconsciemment ces pulsions homicides dans leurs choix de jouets, et les chérubins d'enfants se retrouvaient, outre les soldats de plomb, arc et flèches à ventouse classiques, avec dans leurs souliers nombre de jeux d'extermination plus défoulants les uns que les autres, Cela avait commencé par les Space Invaders, où on tirait sur<

Sunday, January 06, 2008
10:30 AM

Oeuvre originale
Auteur : Paganel (alias Kimy alias FDA)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

    

Blog mis à jour le 21/10/2019 à 06:36:23



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit